-
Le 18 January 2015 à 11:01 | mise à jour le 18 January 2015 à 22:24

La double densité dans les roues de roller : d'où ça vient et à quoi ça sert ?

La double densité dans les roues de roller : d'où ça vient et à quoi ça sert ?

Les roues de roller à double densité sont de plus en plus nombreuses sur le marché, que ce soit en vitesse, en randonnée, en freeride, en roller derby, en roller hockey et même en street. Mais à quoi sert donc cette technologie ? Réponses...

Mis en ligne par 

Une innovation mineure mais une innovation tout de même...

La double densité : qu'est ce que c'est ?

Roue Roller K2 double densité

Le concept de double densité est assez simple au bout du compte : la roue comporte deux polyuréthanes de densités différentes. En général, le polyuréthane à l'intérieur du sur-noyau est tendre et celui à l'extérieur est dur.

A quoi ça sert ?

Une roue à gomme tendre va théoriquement offrir une meilleure adhérence parce qu'elle s'écrase davantage. Elle a davantage de surface d'appui sur le sol. Elle procure aussi un meilleur confort de glisse en réduisant les vibrations. En revanche, elle souffre d'une usure rapide.

A contrario, une roue de roller à gomme dure va normalement donner plus de roulage parce qu'elle va moins s'écraser sur le sol. Sa surface de contact au sol, et donc les frottements, sont réduits. De ce fait, elle procure moins d'adhérence. Elle possède aussi une usure plus lente.

Pour une pratique comme le roller course sur piste, on va bien évidemment chercher le roulage, mais aussi un maximum d'accroche dans les virages pour garder de bonnes trajectoires et conserver sa vitesse. On joue donc sur la flexibilité du polyuréthane et sur celle du noyau.

Le but d'une roue de roller à double densité est donc d'essayer de combiner au mieux les propriétés d'une roue dure et d'une roue tendre. Les fabricants placent la partie en polyuréthane tendre au coeur de la roue pour qu'elle s'use moins vite, tout en procurant davantage de confort et de rebond. Le polyuréthane dur est placé à l'extérieur pour conserver les propriété de roulage.

Roue Juice AMP 62 mm 91A

Il va sans dire que plus le diamètre de la roue est important, plus l'effet de la double densité se fait ressentir. On peut donc se poser la question de l'utilité de la double densité sur les roues de petit diamètre (inférieur à 80 mm).

K2 : pionner de la double densité

Plusieurs marques auraient exploré le domaine des roues à double densité à la fin des années 90 mais c'est la marque K2 qui revendique la paternité de cette invention. Nous avons trouvé un brevet a été déposé par la firme en 1997. On y découvre les prémices de la double densité (voir le schéma) avec 3 configurations différentes, sur des noyaux de roues avec et sans interlock. Les inventeurs sont John A. Roderick, Albert C. Chiang et James A. Vandergrift.

A l'époque, les duretés de roues n'étaient pas les mêmes, mais le principe restait toutefois similaire : la partie interne est très tendre (70A) pour absorber les vibrations et amortir les chocs. La partie externe est un peu plus dure (78A) pour offrir plus de réactivité.

K2 équipait alors ses patins de randonnée haut de gamme avec cette technologie de roue double densité.

Le retour de la double densité

L'idée va ensuite rester plusieurs années en sommeil, avant que les différentes pratiques s'en emparent à nouveau dans la dernière décennie.

MPC a commencé à développer ses roues à double densité à partir de 2002, sous l'impulsion du président de la compagnie, John Roderick. Ce nom ne vous rappelle rien ? Un ancien de chez K2 ! Ce dernier a embauché son ancien collaborateur de chez K2, le docteur Albert Chiang.

Les premiers essais en compétition ont eu lieu en 2004 à l'occasion des championnats du monde en Italie où Luca Presti a remporté le 300 m en MPC Black Track 84 mm.

EN 2007, MPC sort la VT (Variable Traction), une roue de vitesse à double densité d'une dureté de 88A contre 85A pour la plupart des roues de l'époque. MPC, par l'intermédiaire de Mearthane, aurait également déposé un brevet sur son invention. Equipé de ces roues, Diego Rosero, alors âgé de 26 ans aurait mis 3 minutes à Joey Mantia et Massimiliano Presti lors d'un marathon préparatoire au mondial de roller course à Cartagène (Colombie).

En 2008, Bont lance sa campagne de promotion de la G4, une roue double densité fabriquée aux Etats-Unis et destinée au roller course.

Dual density wheel

En 2013, la double densité se décline même en roller street avec les modèles UnderCover Dual Density 58mm. La encore, les roues sont fabriquées aux Etats-Unis. Une chose assez surprenante dans le milieu du street, l'intérêt de la double densité est limité par le faible diamètre des roues.

En 2013 toujours, Powerslide commercialise les roues Juice AMP à double densité pour le roller derby. Le but recherché : améliorer l'accroche de la roue dans les virages en augmentant la surface de contact du polyuréthane.

A l'heure actuelle, il est difficile d'imaginer une roue haut de gamme qui ne soit pas équipée de cette technologie en roller course : Atom, Matter, MPC, RollX, toutes les marques s'y sont mises.

La double densité, omniprésente dans le roller

L'utilisation de la double densité ne se limite pas aux roues de roller, on la retrouve aussi dans les coques depuis de nombreuses années. Elle est également présente dans la fabrication des cones de slalom Seba... autant dire qu'elle est partout !

Brevet double densité K2

Liens utiles

Roues : innovations technologiques récentes

Undercover : des roues de street à double densité

Test des roues freeride Defcon 80 mm

Test de la roue de roller derby AMP Juice

Test : Roues MPC VT (Variable Traction) 100 mm

Voir le brevet de la double densité de K2 (en anglais)

 

Texte : Alfathor
Photos : K2 et Powerslide
Mis en ligne  le 18 January 2015 - Lu 7411 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB